Forum de l'association de jeux de rôles, GN, Trollball (et bien plus), Épées en Mousse et Têtes de Troll
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ville: Fridjeston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Valentin
Admin
avatar

Messages : 27
Date d'inscription : 09/06/2013
Age : 21

MessageSujet: Ville: Fridjeston   Jeu 21 Mai - 17:39

Journal de voyage de Gian Bernii

Jour 19 :
J'aperçois enfin de la fumée. L'euphorie et l'excitation prennent rapidement le pas sur l'épuisement qui me pèse tout autant que mon paquetage. Après ces dix-neuf jours de voyage accompagné de mon fidèle destrier Sam (et on ne saurait dire, à ce point, s'il me porte ou si c'est moi qui le traîne), celui-ci touche finalement à sa fin. Encore quelques pas, je laisse tomber mes sacs et besaces, le soulagement est à son comble : Je peux enfin admirer la nébuleuse cité de Fridjeston !
Rassemblant les forces qui me restaient, j'atteins sans trop de peine le bout de la vallée qui mène à la ville susdite, mais alors que je m'approchai des lourdes portes de celles-ci, l'enthousiasme fit place à l’appréhension. En effet, si ma détermination ne laissait paraître aucune faille auprès de mes collègues, dans les luxueux salons de l'Académie de Géographie de Vaërendil, je me souvins que c'est justement car nos informations sur Fridjeston et la population qui l'habite reste en grande partie très méconnu des hommes. Mais ce n'est plus le moment de douter, les dés sont jetés...
La grande porte était serti d'un énorme heurtoir forgé, et prenant la forme d'une tête de chimère. Je ne saurais dire si elle se rapprochait plus du dragon ou du grizzli. Je soulève à deux mains l'outil et le laisse tomber de tout son poids sur la porte. Le silence qui suivit le choc entre les morceaux de fonte confirma mon angoisse. Je me présentai rapidement à la voix qui demanda mon identité, et qui m'avait probablement vu venir depuis une demie lieue. Le portail souleva une épaisse fumée et me laissa pénétrer dans l'enceinte de la Ville-Vapeur.
C'est alors que je vis le « petit » comité d'accueil qui me scruta, un groupe de nains, tous... Nains. Évidemment je savais pertinemment que cette ville était occupée par des nains, mais on se laisse facilement surprendre par ces êtres. L'un d'eux me demanda sur un ton bourru : « Quand est-ce que vous partirez ? » . Je leur répondit que je ne resterais que pour compléter mon carnet de voyage, et que je reprendrais mon baluchon une fois terminé. Il se regardèrent, complices, et éclatèrent de rire. C'est alors que je devins l'attraction de Fridjeston. Je pus raconter mon histoire, mon voyage ainsi que des anecdotes qui les firent bien rire autour d'une pinte. C'est alors que, lorsque je me lassai de parler de ma personne, un bruit sourd de cloche retenti, rien qu'une fois, mais ce fut assez pour mouvoir comme un seul homme la quarantaine de nain qui me tenaient compagnie. Laissé dans un désordre sans nom et livré à moi même, je décidai de partir explorer la ville.
Fridjeston est agréable aux sens, à commencer par son soleil qui, malgré la froideur de l'air, apporte un réconfort non négligeable. Je remarquai rapidement que les bâtiments, bien que dépourvu de tout ornement, sont étrangement esthétiques. Les rues, bien que désertes, tantôt pavées, tantôt boueuse, semblent usées par un empreint régulier et intense. Je fus au fur et à mesure frappé par le nombre de forges, d'échoppes d'armes en tout genre et de marchant de minerai. Cependant, si ceux-ci sont présent en abondance, leur prix n'en est pas moins exorbitant !
Au détours d'une rue, je me laissai appeler par le doux chant de ce que semblait être l'impact d'un burin contre un métal très noble. Je fis un pas dans l'atelier de l'artisan et c'est à ma grande stupeur que je vis un homme, usant d'un outil inconnu sur une majestueuse statue de glace. Nous fîmes rapidement connaissance et il me raconta brièvement comment, originaire d'Oklandia, il parvint à s'installer à Fridjeston.
La statue qu'il paufinait était destinée à orner la place durant la fête des huits grand nains, qui aura lieu dans deux lunes, et en l'honneur des pères fondateurs de la cité dans la roche. Il me raconta alors l'histoire de Fridjeston que nous connaissons déjà à l'Académie, celle d'un groupe de norzeks indignes qui furent exilés dans les montagnes, destinés à rejoindre l'Eden mais qui finit par s'installer ici, au beau milieu des montagnes de Dvergfallenhöyde (Montagne du Nain Déchu en norzerk), mais il y ajouta quelques précisions qui ne sont pas mentionné dans les livres de Vaërendil tels que l'histoire des premiers nains, ceux qui ont mis en place l'organisation de la cité naissante, ainsi que celle de l’assaut d’un groupe de norzerks sur Fridjeston, et la quasi destruction de la ville par les fanatiques barbares. Ceux-ci, ne considérant pas les nains assez braves et dignes pour fouler les terres du Norska, et encore moins s'y installer, tentèrent de les forcer à migrer plus loin en Eden ou à périr. Fort heureusement pour les petits êtres, l'issue de la bataille montra qu'un nain est plus endurant et plus stratégique (Et il n'y a aucun mal) qu'un guerrier norzerk.
Ces deux événements sont maintenant l'occasion de commémorer (et de boire) à la santé des pères bâtisseurs et à la victoire du peuple nain sur les norzerk. Il me parla aussi subrepticement et en souriant d'un tournoi annuel, le tournoi du Galon de Mithril, qui consiste simplement à faire boire aux participants un maximum d'alcool de Viéterul, et à nommer le dernier debout « Large gosier » (titre honorifique) toute une année.
Après quelques minutes, il me fit comprendre que ma présence ici n'est que temporaire, et si lui vit ici depuis maintenant treize hivers, ce n'est que pur hasard. Tout le monde ne l'accepte pas encore. J'entendis alors parler des Thräl Vahol, la plus riche famille de Fridjeston. Cette famille, soit disante décendante d'un des six pères batisseur et ayant un goût particulier pour le voyage, est chargée de toute l'exportation et importation de la ville. Ce sont aussi les plus puissants de fridjeston et les plus durs en affaire de tout Eclypson.
Alors que j'allais lui en demander plus sur cette famille, il se leva machinalement et s’apprêta à sortir. Une seconde d'hésitation et il se souvint de ma présence. Il me fit comprendre en souriant qu'il était l'heure d'aller rejoindre les autres. Une cloche (Etait-ce la même?) résonna deux fois, des bruits de métal retentirent et les rues se remplirent de ses habitants, grouillantes, comme un essaim d'abeille attaqué.
Je le suivis sans poser plus de question et me retrouvai rapidement assis aux cotés de mon nouvel ami, dont j'appris le nom tardivement, Édouard de Samothrace, ainsi qu'une vingtaine de nain suintant l'acier et le suif, autour d'une table ronde en bois massif et de bien plus de bières qu'il n'y avait de buveurs. J'eu l'honneur et le plaisir de goûter aux spécialités de cette ville tels que le fameux alcool de Viéterul qui vous embrase l’intérieur et vous étourdit comme un coup de marteau, la bière de Fridjeston, qui vous glace les entrailles et vous rend euphorique, la chair de Tural'os, poisson vif des eaux froide, la viande de Morthol, bête farouche et charnue dont j'ignorais l'existence jusque là. Peut-être se moquaient ils simplement de moi. Je ne saurais dire la différence.
Nous parlâmes énormément, et lorsque le soleil se coucha, je compris que ce n'était que le commencement. Le peuple de Fridjeston est fier, c'est un peuple qui aime parler de sa culture, une culture qui en dit long sur son peuple."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ville: Fridjeston
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CXL] Saint Gapour: Ville en danger?
» Comment construire l'Hôtle de ville ?
» [Tuto] Créez une ville en mode Expert
» 9 cartes et 1 ville du mode planète
» [Résolu] Plantage lors du chargement d'une ville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EMTT Forum :: Activités :: GN 2015-
Sauter vers: